Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 20:13

Imprimerie récupérée Chilavert. Si l’on est attentif à ce que les gens peuvent distribuer dans la rue comme flyer, aux affiches sauvages au coin des rues, on peut assez facilement avoir accès à toute autre vie des portenos (habitants de Buenos Aires) engagés dans la vie militante. Loin des parcours touristiques officiels, cette autre réalité permet de prendre un certain pouls de la société argentine.
Suite à la crise de 2001, de nombreuses entreprises, de toutes tailles, ont fait faillite. Beaucoup de propriétaires les ont même abandonnées, fuyant à l’étranger parfois avec les capitaux. Partout dans le pays des ouvriers, des employés se sont mobilisés pour reprendre en main leur outil de travail. Le mouvement des « empresas recuperadas » (entreprises récupérées) était lancé. Aujourd’hui on en compte autour de 200, qui emploient plus de 10000 personnes. Autogestion et assemblées générales où tout se décide collectivement, sont les mots fers de lance de ce mouvement. Mais cela ne va pas sans combat, car le pouvoir politique, qui a partie liée avec les milieux d’affaires entend faire respecter le droit à la « propriété privée » qui permet à ces mêmes propriétaires de réclamer « justement », « légalement » leur bien, parfois plusieurs années après l’avoir abandonné. Ces entreprises s’organisent, se défendent, réclament aujourd’hui le vote d’une loi nationale d’expropriation qui permettrait de régulariser la situation de toutes les « empresas recuperadas ».
Mais ce ne sont pas seulement des lieux où on travaille. De nombreux services sont proposés au sein même de ces structures (bibliothèques, salles de réunions, ateliers théâtre, …), afin de contribuer plus globalement au changement social.
Ce soir-là à l’imprimerie Chilavert, les gens étaient invités à découvrir l’entreprise à travers un parcours théâtralisé où quelques employés se présentaient et expliquaient en quoi consistait leur travail. Après quelques saynètes à l’espace culturel, présentées par l’équipe théâtrale et des ouvriers, tout le monde était convié dans la rue, devant l’entreprise, pour manger ou boire un coup…
Pour en savoir plus sur ce mouvement, vous pouvez commander le livre : « Sin Patrón » sur le site :
www.lavaca.org

undefinedundefinedundefined

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Franck Boutonnet
  • Franck Boutonnet
  • : Bonjour! Photoreporter de profession, je me suis spécialisé depuis plusieurs années, entre autres, dans le reportage de mariage. Je vous invite à découvrir au fil de mes travaux mes images coups de coeur...
  • Contact

Search