Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 23:16

Comedor Los Pibes

Cantine des Gamins. Située en plein cœur du quartier populaire de la Boca de Buenos Aires, dans une ancienne usine récupérée, cette organisation sociale a été créée en 1996. L’idée centrale était de s’unir, s’organiser et se mobiliser de manière autonome et autogérée pour faire face aux problèmes qui touchent ce quartier : problèmes de logements décents, de sous-alimentation, d’accès au travail, à la culture, et depuis plus récemment les problèmes de drogues dures, et notamment le PACO (équivalent du crack). L’autogestion et l’assemblée populaire sont donc les maîtres mots. Quelques 200 familles (1400 personnes) du quartier participent aux assemblées où toutes les grandes décisions sont prises.
Toute la semaine sont préparés des repas, qui sont ensuite distribués à des familles ayant des difficultés économiques. Cela permet ainsi d’offrir au moins un repas complet par jour et d’autre part de donner du travail à des personnes éprouvant des difficultés d’accès à l’emploi. Les familles viennent récupérer les repas, mais ne mangent pas sur place. La volonté est d’aider à maintenir ou re-créer des cellules familiales. 
Une unité de production textile est également installée sur place. Elle fabrique des blouses pour les écoles publiques de la ville de Buenos Aires.


undefinedundefinedundefined



































































































En 2004 le PACO (Pâte de Cocaïne : drogue constituée de résidus de cocaïne hautement addictive et dangereuse, voire mortelle, qui se fume) est devenu un problème majeur à Buenos Aires pour beaucoup de familles de quartiers pauvres. Etant très peu chère (compter 1 peso=20 centimes d’euros la dose), de plus en plus d’enfants (à partir de 8 ans) en consomment. Des mères ont décidé de réagir, et se sont organisées pour lutter contre ce fléau : Movimiento Madres en Lucha. Elles tiennent des permanences tous les jours au Comedor. Ici, Marta Gomez (à gauche), présidente du mouvement, discute de l’internement de Jonathan (au premier plan) et de son frère sur la base du volontariat, avec la mère de ce dernier. Jonathan est complètement out, il dort sur la table. Cette drogue désocialise, coupe la faim, fait des ravages dans les foyers. Les gosses vendent leurs propres vêtements pour pouvoir s’acheter des doses, volent même leur propre famille.



undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 23:09

Gooollllllllll !!!!!!!!!!!!

Le foot fait partie intégrante de la culture argentine. Il est très fréquent de voir des collègues de travail se retrouver au stade du coin pour taper le ballon. Bien sûr les gamins de tous les quartiers, des plus huppés au plus pauvres, jouent au foot dès qu’ils le peuvent.
C’est bien entendu également un sport qui permet de créer ou re-créer du lien avec certains enfants en rupture sociale. Ici dans le quartier de la Boca, Dany, un psychologue bénévole d’une association locale, a organisé une partie sous un soleil de plomb, où les touristes et les gosses du barrio se mélangent allégrement.


undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 18:02

Sandra et Rodrigo

En 2002, 50 % de la population argentine était pauvre. Après avoir connu des années beaucoup plus fastes, la chute, notamment pour la classe moyenne, n’en a été que plus dure.
Sandra et Rodriguo habitent à Tristan Suarez, à une heure et demie au sud de Buenos Aires. Artistes tous les deux, se considérant comme faisant partie de la classe moyenne avant 2001, et comme économiquement pauvres aujourd’hui, ils n’ont pas eu d’autres choix que de venir habiter dans une petite maison de 25 m2 de deux pièces en province, après avoir habité dans un appartement à Buenos Aires. Ayant chacun un travail, lui jardinier, et elle remplaçante occasionnelle dans des écoles, ils cumulent à eux deux 7 heures quotidiennes de transports en commun pour se rendre et revenir de leur travail, n’ayant pas les moyens d’acheter une moto, et encore moins une voiture… Ils vivent sobrement, dans un confort assez sommaire, mais dignement, sur un bout de terrain pas encore fini de payer. Ils ont trouvé un équilibre de vie dans cette vie « à la campagne » non choisie, et semblent être un couple heureux. Les 300 à 500 euros par mois (quand Sandra travaille) qu’ils gagnent leur permettent tout juste de survivre, mais dans une grande dignité et force morale.


undefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 17:55

Ticket Trueque

Lors de la crise de 2001, la monnaie ne circulait plus. Les comptes bancaires étaient en partie bloqués, et quand les gens pouvaient retirer de l’argent, les montants étaient limités. A ce moment-là, au travers de clubs, le système du troc est réapparu. Pour beaucoup c’était la seule solution pour simplement manger. Des tickets ont alors été émis, mais dans l’illégalité. Pour éviter que ce système ne prenne trop d’ampleur et devienne une économie parallèle qui aurait à terme encore plus affaibli l’économie officielle, l’Etat a alors émis lui-même illégalement de ces tickets en grande quantité. Ainsi leur valeur diminuait, ce qui affaiblissait ce système solidaire de survie.



undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 00:30

Que no se repita
Trois ans jour pour jour après la tragédie de Cromañon qui a tué 194 jeunes, et qui constitue l’un des pires accidents que l’Argentine ait connu, des milliers de personnes s’étaient rassemblées sur le lieu même du sinistre pour réaffirmer leur volonté de justice.
La nuit du 30 décembre 2004, un concert de rock était organisé dans la discothèque Republica Cromañon du centre de Buenos Aires, dans le quartier Once. Le groupe qui jouait a lancé un feu de Bengale au plafond qui s’est enflammé immédiatement. Les quelques 3000 à 4000 personnes qui se trouvaient présentes ont tenté de sortir, mais 4 des 6 issues de secours étaient fermées. Les portes étaient maintenues ainsi closes pour que les gens ne puissent pas rentrer sans payer… Les 194 victimes ont été tuées principalement par inhalation de gaz toxiques qui se sont dégagés du plafond en feu.
Les batailles juridiques pour inculper et juger les responsables de cette catastrophe ont été et restent difficiles.
Malheureusement il aura fallu ce drame pour illustrer concrètement le problème récurent de la corruption qui gangrène la classe politique de ce pays…


undefinedundefinedundefinedundefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 00:26

Culpable o inocente

Un questionnement me vient souvent à la seule vue de gens dans la rue, dans les restaurants, dans n’importe quel lieu que je puisse fréquenter, et qui est en rapport avec deux choses. La première concerne la deuxième guerre mondiale et ces nazis qui ont trouvé refuge en Argentine, la deuxième certains responsables de la dictature militaire de 1976 à 1983. Le point commun : beaucoup de ces personnes vivent aujourd’hui librement et tranquillement. Certains responsables de la dictature sont assignés à résidence (comme Videla, ancien responsable de l’armée) ou en attente de procès, mais beaucoup d’autres ne sont pas inquiétés. Par exemple aucun militaire de la dictature n’a encore été radié de l’armée… Alors oui, quand je croise une personne d’un certain âge, disons à partir de 60 ans, je me dis : « Ce pourrait-il que vous… ? Coupable ou Innocent ?» Oui c’est gênant, mais totalement possible, c’est là l’odieux.
(Œuvre d’Oscar Bony, musée MALBA - Museo del Arte Latinoamericano de Buenos Aires).


undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
25 décembre 2007 2 25 /12 /décembre /2007 01:46

Jeudi 20 décembre. Cela fait 6 ans que le peuple est descendu dans la rue, les 19 et 20 décembre 2001, pour crier son ras le bol et faire chuter le gouvernement de De la Rua. Malgré les difficultés grandissantes des Argentins, De la Rua laissa son ministre de l’économie Cavallo mener une politique d’austérité, et même bloquer les comptes en banque. C’en est trop, et les classes moyennes et populaires à partir de là, manifestèrent sans arrêt. L’Argentine connu alors une crise sociale et politique sans précédent.
Aujourd’hui, la situation économique s’est améliorée, mais pas pour tout le monde. Le taux d’inflation est très fort (plus de 30 % en un an), mais la croissance est à un niveau soutenu. La classe moyenne a retrouvé un peu d’aisance financière, elle semble donc moins concernée par les difficultés persistantes des classes populaires, et se désolidarise même de certains conflits sociaux, n’y voyant qu’une entrave à la liberté de travailler.
Cette image me parle de cette énergie qui avait surgi à ce moment-là et de cette jeunesse qui semble encore disposée à lutter.


undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
25 décembre 2007 2 25 /12 /décembre /2007 01:44

Comment ne pas parler du Tango, « cette pensée triste qui se danse et qui se chante », quand on vient à Buenos Aires ! A l’origine, à la fin du 19 ème, le Tango naît dans les quartiers populaires où vivent les immigrés européens en mal du pays, de leur famille, de leurs amours… Longtemps les classes aisées n’ont eu aucune considération pour cette danse. Mais avec le succès international qu’elle rencontre, notamment avec le légendaire Gardel, elle ne tarde pas à devenir un symbole national.
Je ne pense pas que les Argentins associent spécialement le Tango avec ce qu’ils ont vécu depuis 30 ans, je ne sais pas en fait, je devrais demander, mais je ne peux m’empêcher de le faire, je ne sais pourquoi. Ou plutôt si, j’y vois comme dans ces mouvements populaires, principalement un cri, un cri du cœur, qui revêt de mutliples formes mais qui avant tout vient du peuple et parle de ce peuple.

undefined
undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 20:23

Bien que le mouvement social semble s’être essoufflé depuis 3 ou 4 ans par rapport à l’immense soulèvement de 2001, la Plaza de Mayo, cœur historique de la ville en face de la Casa Rosada, voit s’enchaîner les manifestations et regroupements associatifs.
Cette fois-ci, c’était la deuxième manifestation environnementaliste organisée qui voyait défiler plusieurs associations et collectifs, et plusieurs milliers de personnes sous un soleil de plomb.
Depuis plus d’un an, une véritable guerre « écologique » voit s’affronter l’Uruguay et l’Argentine, autour de la construction et de la mise en service (le 9 novembre 2007) d’une usine de cellulose en Uruguay de l’autre côté du Rio de la Plata.
Les habitants de la ville argentine Gualeguaychu, ne veulent pas de cette pollution olfactive. Ils mènent un combat parfois radical, en coupant l’accès aux ponts internationaux qui relient les deux pays, empêchant ainsi des milliers de touristes argentins de se rendre sur les plages uruguayennes. Le tourisme étant la principale source de revenus de ce petit pays, ils entendent ainsi faire pression au niveau international. Mais la situation au plus haut niveau est aujourd’hui bloquée, encore plus depuis l’ouverture de l’usine le 9 novembre.
Bien entendu les habitants de Gualeguaychu étaient aussi présents dans le cortège.


undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 20:19

Marcello Suntheim, secrétaire de la CHA (Comunidad Homosexual Argentina), la principale association Gay du pays. J’ai rencontré Marcello en 2006 quand j’étais venu faire un reportage sur la communauté LGBT de BA pour le collectif. Son ami, César, est président de la CHA. Militant civique avant tout, il consacre toute sa vie à la cause en laquelle il croit. Toujours disponible, c’est quelqu’un qui inspire un profond respect.
undefined
Repost 0
Published by Franck - dans Voyages
commenter cet article

Presentation

  • : Franck Boutonnet
  • Franck Boutonnet
  • : Bonjour! Photoreporter de profession, je me suis spécialisé depuis plusieurs années, entre autres, dans le reportage de mariage. Je vous invite à découvrir au fil de mes travaux mes images coups de coeur...
  • Contact

Search